Comment établir des tarifs en tant que Freelance en Informatique

S’il existe un dilemme de taille pour un freelance en informatique, c’est bien le fait de fixer ses tarifs. En effet, la rémunération en freelancing peut varier selon plusieurs paramètres. Il est donc difficile pour les travailleurs indépendants de déterminer les coûts de leurs prestations. Mais heureusement, il existe des astuces que vous pouvez appliquer pour établir vos tarifs si vous êtes freelance en informatique.

Utiliser le tarif journalier moyen (TJM) ou le tarif horaire moyen (THM) 

Pour faire valoir ses compétences à leur juste valeur, un freelance en informatique doit décider du mode de facturation qu’il doit adopter. Il existe deux types de rémunérations, à savoir : le tarif journalier moyen (TJM) et le tarif horaire moyen (THM).

A lire également : Quels sont les services d’infogérance proposés par un expert en informatique et bureautique ?

Le tarif journalier moyen (TJM)

Le tarif journalier moyen (TJM) sert de tarif indicatif pour une journée de travail effectuée. Il n’est pas à confondre avec le tarif horaire moyen (THM). Avec le TJM, un freelance informatique a plus d’aisance à positionner son expertise et ses expériences face à ses différents clients. Ainsi, qu’il s’agisse d’une journée de travail de 7 heures ou de 8 heures, il recevra une rémunération importante en adéquation avec les efforts qu’il a eu à fournir. C’est un mode de facturation très prisé par les freelances en informatique débutants. Il est plus facile pour ces derniers de travailler en confiance et sans pression majeure.

Le tarif horaire moyen (THM)

Le tarif horaire moyen (THM) correspond à la rémunération pour chaque heure passée à travailler. C’est-à-dire qu’au lieu de passer une journée entière sur un projet, le freelance en informatique et le client s’entendent sur un quota horaire donné pour effectuer le travail. Ce système sied parfaitement aux personnes ayant déjà plusieurs années d’expérience en freelance. Ils savent exactement ce qu’il y a à faire et ne perdent pas de temps.

A voir aussi : Quel decodeur TV Orange choisir ? Les différents modèles

Choisir entre ces deux types de tarifications n’est pas chose aisée. Vous devez donc prendre en compte quelques aspects extérieurs tels que les habitudes de vos confrères du domaine, les préférences de la clientèle. Bien évidemment, vous devez opter pour le mode de facturation qui ne vous procure pas une sensation de surmenage.

Tenir compte de votre objectif de revenu mensuel 

En tant que travailleur indépendant, le freelance en informatique ne peut fixer ses tarifs sans avoir au préalable défini son salaire mensuel. En effet, pour estimer votre rémunération mensuelle, vous devez vous évaluer. Il faut donc prendre en considération quelques critères.

  • Votre niveau d’expertise : toutes les compétences n’ont pas la même valeur, surtout dans le domaine de l’informatique. Certaines sont mieux perçues et rapportent même plus que d’autres. La rareté et le savoir-faire des freelances accentuent cette mise en avant.
  • Votre expérience : si vous êtes un senior en informatique, vous pouvez aisément appliquer des tarifs élevés. Par contre, ce sera difficile si vous êtes un junior ou un débutant dans le domaine.
  • Vos recommandations : la meilleure promotion reste un client satisfait, donc votre carnet d’adresses est un atout majeur. Au vu des clients avec qui vous aurez déjà travaillé, il vous sera plus facile d’imposer une certaine tarification.

Le domaine de l’informatique comprend plusieurs branches. Ces dernières sont à l’origine de la multitude de métiers qu’il y a aujourd’hui. Il ne tient qu’à vous de jeter un coup d’œil au baromètre moyen de votre branche pour ne pas établir un salaire mensuel erroné.

Considérer les charges sociales et d’activité 

Dès lors que vous avez une idée de votre salaire mensuel, vous êtes dans l’obligation d’y ajouter des congés payés et toutes les charges auxquelles vous faites face. Les charges peuvent être sociales ou d’activité.

Les charges sociales concernent l’ensemble des contributions et cotisations à verser. Cela peut être frustrant, mais il en va de votre tranquillité. Les charges fiscales font également partie de ce lot.

Les charges d’activité englobent :

  • votre matériel informatique,
  • la connexion internet,
  • la ligne téléphonique,
  • la location de votre lieu de travail ou de votre espace de co-working,
  • le coût des logiciels que vous utilisez tous les jours,
  • le transport,
  • les pauses-café ou déjeuner et bien d’autres choses.

En tant que freelance en informatique, vous passez une grande partie de votre temps à prospecter et améliorer vos compétences pour toujours délivrer des produits et services de qualité. Prenez-en compte tout cela avant de fixer vos tarifs.